Colère des agriculteurs : "le tempo n'est pas le bon", déplore le président de la FNSEA, qui évoque de nouvelles actions

  • Les agriculteurs ont stoppé leur mouvement il y a dix jours... mais veillent au grain après les annonces gouvernementales.
    Les agriculteurs ont stoppé leur mouvement il y a dix jours... mais veillent au grain après les annonces gouvernementales. CPA - QM
Publié le

Bien que les actions menées dans le pays aient été interrompues, le monde agricole reste sur le qui-vive après les annonces gouvernementales. 

Le monde agricole se retrouve entre deux temps forts, ce lundi 12 février 2024. Il y a 10 jours, il mettait fin au mouvement de contestation, ponctué par barrages et opérations escargot notamment. Dans un peu moins de deux semaines, c'est le Salon de l'Agriculture qui démarre à Paris. 

"Le tempo n'est pas le bon" 

Et lorsque le président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) est interpellé sur Franceinfo au sujet de la colère des agriculteurs que "l'on croyait éteinte", Arnaud Rousseau l'assure : "non, ce n'est pas le cas. Il y a 10 jours, on a suspendu le mouvement en disant qu'on se mettait au travail pour obtenir un certain nombre de réponses très concrètes dans nos fermes".

Mais la tête d'affiche du syndicat enchaîne : "Près de 10 jours après la suspension de ce mouvement, le tempo, le rythme n'est pas le bon et c'est ce que je déplore."

Colère des agriculteurs : "Dix jours après la suspension du mouvement, le tempo n'est pas le bon et c'est ce que je déplore", déclare Arnaud Rousseau, président de la FNSEA pic.twitter.com/69Z9mKsiTL

— franceinfo (@franceinfo) February 12, 2024

"Des actions qui vont se mener à nouveau"

Faut-il s'attendre à une nouvelle mobilisation des agriculteurs ? "Nous avons, à l'initiative d'un certain nombre de départements, des actions qui vont se mener à nouveau", répond le président de la FNSEA. S'il ferme la porte à un mouvement national - "pour le moment" - Arnaud Rousseau explique que ces mêmes actions seront effectuées "plutôt en direction des grandes surfaces pour contrôler les prix, regarder que ce sujet de la juste rémunération des agriculteurs soit bien central".

À J-12

Sans surprise, il s'est projeté vers un des temps forts pour le monde agricole, qui démarre le 24 février dans la capitale : "Ce qui compte pour nous, c'est de faire le point, d'être informé de ce qu'il se passe pour que la préparation de ce Salon de l'Agriculture puisse se faire dans les meilleures conditions et encore une fois pour que les décisions attendues soient au rendez-vous".

Ce dimanche soir, sur BFM TV, Arnaud Rousseau avait d'ores et déjà déclaré qu'il voulait des annonces "avant le Salon. Depuis 10 jours, je n'ai pas vu le ministre de l'Agriculture, je n'ai pas vu le Premier ministre". "Au moment où je vous parle, il n'y a pas eu le début du commencement d'une réunion ni même d'un coup de fil, oui ça nous inquiète", a-t-il déclaré, en le répétant : "personne n'a intérêt à nous balader". 

Arnaud Rousseau (FNSEA): "Les annonces, on les veut avant le salon de l'agriculture" pic.twitter.com/NNGYXehdIS

— BFMTV (@BFMTV) February 11, 2024
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Milsabords Il y a 12 jours Le 12/02/2024 à 18:55

La FNSEA serait bien inspirée de financer le service de l'hôpital d'Amiens qui accueille les enfants malades des pesticides ...

filochard Il y a 12 jours Le 12/02/2024 à 10:57

tout le monde les aime les paysans en olus ils peuvent bloquer les routes sans être inquietés