Environnement

Gestion des déchets ménagers : le casse-tête aveyronnais

  • DECHETTERIE DES MOUTIERS A RODEZ DECHETS TRI ORDURE ENCOMBRANT
    DECHETTERIE DES MOUTIERS A RODEZ DECHETS TRI ORDURE ENCOMBRANT PIXROD José A. Torres / PIXROD José A. Torres
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Environnement. Des cabinets d’études auditionnés hier par le Sydom pour voir comment mieux organiser les déchetteries locales. Et une réflexion toujours en cours au sein de l’entreprise Sévigné autour d’un projet de centre de traitement… La gestion des déchets ménagers suscite beaucoup de précautions.

C’est l’un des dossiers les plus complexes du moment, tant le sujet de la gestion des déchets ménagers est hypersensible auprès de l’opinion publique autant que des plus compliqués techniquement parlant. De l’hypersensibilité du sujet, on a déjà eu un bel aperçu à la fin de l’été dernier encore, lorsque l’annonce d’un projet d’implantation d’un centre de traitement départemental aux environs de Viarouge, sur le Lévezou, a aussitôt provoqué une spectaculaire levée de boucliers. Depuis, l’entreprise Sévigné qui avait alors été identifiée comme porteuse d’un tel projet a préféré se mettre en retrait, sans pour autant abandonner son projet, mais refusant néanmoins de communiquer tant que son patron, Marc Sévigné, n’estimerait pas son projet suffisamment mûr, techniquement et, sans doute aussi, politiquement.

Sévigné reste sur les rangs

Lundi encore, joint par nos soins, Marc Sévigné s’est refusé à nous livrer le moindre complément d’information sur ses projets en la matière. On sait juste que le patron de cette entreprise basée à Aguessac, et qui est spécialisée dans les travaux publics, cherche ouvertement à se diversifier vers le traitement des déchets et les énergies vertes notamment. Et que malgré la levée de boucliers de l’été dernier, Marc Sévigné n’a pas du tout abandonné son idée, mais qu’il attend désormais de pouvoir présenter un projet bien abouti sur le papier avant d’en parler.

Projet de méthanisation

Selon d’autres sources que nous avons questionnées, la société Sévigné aurait d’ailleurs élargi le périmètre géographique de sa réflexion pour trouver le meilleur lieu d’implantation. Tout en restant bien sûr situé en Aveyron, puisque le but du jeu consiste à traiter au plus près de leur production les 80  000 tonnes annuelles de déchets ménagers, plutôt que de les expédier dans le Tarn, ce qui coûte au Sydom aussi cher en terme de transport qu’en coût de traitement. Il semblerait en outre que le projet Sévigné consisterait à valoriser cette masse de déchets par le biais d’un procédé de méthanisation, ce qui aurait le double avantage d’être du coup bien mieux perçu par l’opinion publique qu’un projet de simple centre d’enfouissement, et en outre permettrait de produire de la sorte une énergie écologique qui a les faveurs du temps.

D’autres projets en gestation ?

La seule information qu’a bien voulu nous donner Marc Sévigné est qu’il compte poursuivre sa réflexion d’ici l’été, avant d’en dévoiler publiquement la teneur exacte. Pendant ce temps, le Sydom (Syndicat départemental des ordures ménagères) poursuit lui aussi sa réflexion. Qui, elle, ne se cantonne pas à la question d’un centre départemental de traitement. À ce sujet d’ailleurs, l’un des élus proches du dossier nous a confié que la solution ne passerait pas forcément par la réponse que s’apprête à donner l’entreprise Sévigné«Il existe d’autres projets, portés par d’autres entreprises, qui sont en cours d’élaboration pour notre département», nous a-t-il dit, en préfèrent garder l’anonymat.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir