Auto - Moto

Dominique Costes : "J’ai toujours aimé les rallyes"

  • Le président de la CCI de l'Aveyron figurait parmi les participants au rallye du vallon de Marcillac.
    Le président de la CCI de l'Aveyron figurait parmi les participants au rallye du vallon de Marcillac. S.C. -
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

L’actuel président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de l’Aveyron est un féru de sport automobile.

Bien connu en tant que chef d’entreprise, dirigeant d’une société de transport ou homme politique, Dominique Costes l’est certainement beaucoup mois pour sa passion du sport automobile. Une passion qui, chez l’actuel président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de l’Aveyron, remonte à l’enfance. "J’ai toujours aimé les rallyes et dès que j’ai eu 18 ou 20 ans et le permis de conduire, très souvent le week-end je me déplaçais sur les épreuves. "

Ouvertures depuis douze ans

Si l’ancien adjoint au maire de Rodez n’avait encore jamais franchi le pas pour devenir pilote ou copilote, c’est chose faite depuis une douzaine d’années. Pas en tant que concurrent, mais comme ouvreur. Au volant d’une Subaru, achetée au team Efjie de Jean Galpin, il a ouvert de nombreuses épreuves. "Ce sont des amis qui m’ont offert cette opportunité et j’y ai pris goût. C’est aussi une autre façon de participer à un rallye. J’ai fait le Rouergue à plusieurs reprises, le Saint-Geniez, Marcillac et quelques autres. Cette année, je devrais refaire le Rouergue". Des ouvertures qu’il fait en compagnie de Jean-François Théron, "un ami de longue date, un peu le frère que je n’ai jamais eu " et un duo qui a la particularité d’officier aussi bien comme pilote que copilote. "Je sais que c’est assez rare. Beaucoup de pilotes ne veulent pas faire copilote et vice-versa mais nous, cela ne nous pose pas de problème. Et quand nous courons ensemble, nous alternons à 50-50. "

Mais si les ouvertures de rallye permettent de faire les spéciales en condition course, il y manque une certaine saveur, en particulier le goût du chrono et de la bagarre entre pilotes. "Christophe et Isabelle Mazars, du team Marm’Auto Classic de Saint Geniez-d’Olt nous ont motivés et nous ont incités à passer au véhicule historique. Nous avons donc intégré le team et fait l’acquisition d’une Porche 911 SC. Comme la Subaru, la Porsche est un achat commun avec Jean-François, nous en sommes copropriétaires."

Et l’aventure Véhicule historique classique (VHC) était lancée pour Dominique Costes. Précisons que pour rentrer dans cette catégorie, les voitures doivent avoir au moins 25 ans. "Nous avons participé au tour de Corse historique à deux reprises. C’est vraiment quelque chose d’exceptionnel. En plus, à chaque fois, nous étions plusieurs concurrents du team et il y avait une ambiance extraordinaire". Épreuve mythique s’il en est, que l’on appelle aussi le rallye aux 10 000 virages, et qui attire de plus en plus de monde que ce soit dans sa version moderne ou dans sa version classique, qui draine des pilotes ayant marqué leur génération à l’image de Didier Auriol le champion du monde aveyronnais lors de l’édition 2018. "Nous prenons d’autant plus de plaisir que la Porsche n’est pas une voiture facile à conduire, c’est vraiment du pilotage, contrairement à la Subaru, elle ne pardonne rien. Et sur le mouillé, comme ce week-end à Marcillac, il faut vraiment être carré si on ne veut pas partir à la faute. "

Deuxième à Marcillac

Une conduite sportive à laquelle l’ancien transporteur est tellement accro qu’il vient de débuter la saison en participant à l’épreuve VH du rallye du vallon de Marcillac, le week-end dernier. "C’est vraiment une très belle épreuve, bien organisée, c’est un plaisir d’y participer car là, en VH, on est complètement intégré dans le rallye, on se met dans le schéma du chrono, on se met sur la même ligne que tout le monde, c’est vraiment de la compétition". Un Marcillac que le duo Costes-Théron a terminé à la deuxième place. Prochain rendez-vous à la montée historique de Rodelle dans deux mois. "Les montées historiques, Saint-Geniez, Rodelle, La Viadène, même si elles ne sont pas chronométrées, sont l’occasion de se faire plaisir et de se retrouver entre copains."

Il n’est pas interdit de penser que l’on puisse retrouver la belle Allemande des années 1980 sur les routes sinueuses de l’île de beauté pour la 19e édition du tour de Corse historique, du 7 au 12 octobre. "Avec Jean-François, nous en parlons et cela nous tenterait d’y retourner ", déclare Dominique Costes du haut de 64 ans. "À nos âges, c’est bien de pouvoir se faire plaisir comme cela et je n’envisage pas d’arrêter de si tôt."

Centre Presse Aveyron
L'immobilier à Rodez

320 €

Situé proche du Centre Ville, appartement de type 1 duplex semi meublé comp[...]

360 €

Dans le quartier dynamique de BOURRAN venez découvrir cet appartement T1 Bi[...]

32 €

Box fermé au sous sol d'un copropriété située en plein coeur du faubourg.[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir