Couteau laguiole : l'IGP à Thiers, recours, lettre à Macron, le point sur le conflit entre Aveyron et Puy-de-Dôme

  • Entre Laguiole et Thiers, ça reste à couteaux tirés...
    Entre Laguiole et Thiers, ça reste à couteaux tirés... Archives CP - Repro CP
Publié le , mis à jour

L'Institut national de la propriété intellectuelle (INPI) a attribué le 23 septembre dernier l'indication géographique du couteau laguiole aux couteliers de Thiers, créant au lendemain de cette nouvelle un vent de colère côté couteliers aveyronnais, qui viennent de déposer un recours.

 

Les couteliers de Laguiole ont déposé la semaine dernière un recours contre l'attribution le 23 septembre dernier par l'INPI de l'indication géographique du couteau laguiole en faveur de ceux de Thiers, une décision jugée aberrante du côté aveyronnais, car allant selon eux "à l'encontre de l'esprit de la loi sur les indications géographiques, qui veut relocaliser et localiser de la production". "Là, c'est le contraire", estime ce jeudi le président du Syndicat des fabricants aveyronnais du couteau de Laguiole, Honoré Durand, interviewé par l'AFP.

A lire aussi : Couteau laguiole : vent de colère après l'attribution de l'identification géographique loin de l'Aveyron

Pour les Laguiolais, cette nouvelle indication géographique incluant 94 communes réparties sur six départements (Aveyron, Lozère, Cantal, Loire, Allier et Puy-de-Dôme, où se trouve Thiers) est un non-sens. Pour Honoré Durand, "si un produit porte le nom d'une collectivité, d'un territoire, il faut qu'il soit produit dans ce territoire. Sinon, on trompe le consommateur. Et on fait du Bordeaux à Dijon, du Champagne à Limoux", développe-t-il sur La Dépêche du Midi en justifiant ce recours déposé devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence. 

A lire aussi : Laguiole : l'indication géographique du couteau dans les mains de Thiers dans le Puy-de-Dôme !

Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron (ci-dessous), le maire de Laguiole Vincent Alazard, la présidente du conseil régional d'Occitanie Carole Delga et le président du conseil départemental de l'Aveyron Arnaud Viala, ainsi que tous les parlementaires aveyronnais, ont déclaré soutenir les fabricants aveyronnais du couteau de Laguiole, dénonçant une "tentative d'expropriation".

Thiers berceau du couteau laguiole ?

Si Vincent Alazard remercie la ville de Thiers "d'avoir assuré la continuité de la fabrication du Laguiole quand elle avait périclité en Aveyron", notamment après la 2e guerre mondiale, il estime que  "cela reste un produit identitaire de Laguiole".

Mais Thiers inclus dans l'indication géographique est une idée qui a aussi ses tenants en Aveyron, chez les couteliers compris, même s'ils sont nombreux à refuser l'adhésion à la nouvelle indication géographique du laguiole.

Certains d'entre eux reconnaissent une "réalité historique" telle que l'a décrite le 28 septembre en Aveyron Aubry Verdier, coutelier depuis six générations à Thiers et président de l’association thiernoise Couteau Laguiole aubrac Auvergne (Claa), qui a hérité de l'Indication géographique : "La première marque laguiole est née à Thiers en 1859". Selon le dossier d'instruction de l'INPI, des relations de sous-traitance entre Laguiole et Thiers existaient depuis 1868. C'est cette "double origine" qui a motivé l'INPI à avaliser ce "mariage légitime" entre Thiers et Laguiole en accordant au premier l'indication géographique, au détriment de la demande déposée par quatre couteliers de Laguiole.

Le recours déposé la semaine laisse encore Thiers et Laguiole en conflit ouvert.

La lettre des personnalités politiques soutenant une Indication géographique à Laguiole.
La lettre des personnalités politiques soutenant une Indication géographique à Laguiole.

La lettre des personnalités politiques soutenant une Indication géographique à Laguiole.
La lettre des personnalités politiques soutenant une Indication géographique à Laguiole.

La lettre des personnalités politiques soutenant une Indication géographique à Laguiole.
La lettre des personnalités politiques soutenant une Indication géographique à Laguiole.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Milsabords Il y a 3 mois Le 13/10/2022 à 20:35

Absurde et incompréhensible. Que Thiers veuille sa part du gâteau, vu qu'il a maintenu la production pendant des années, pourquoi pas, mais de là à être seul bénéficiaire c'est bien entendu inadmissible pour le site historique de Laguiole qui a donné son nom au couteau. Une IG "Laguiole" commune ,scindée en deux, avec accolée l'indication géographique du lieu de fabrication "de Thiers" ou "Auvergne" ou ce qu'ils veulent et une "Laguiole" suivie de "Aubrac" ou "Aveyron" ou "Rouergue" serait logique, l'appellation serait commune au type mais le lieu de production clair. C'est trop demander aux têtes pensantes qui ont pondu l'ineptie de tout donner à Thiers? A moins naturellement que le "lobbying" auvergnat ne se soit montré beaucoup plus "efficace" que l'aveyronnais, on n'ose imaginer une telle éventualité ...

magnence Il y a 3 mois Le 13/10/2022 à 19:46

Mon arrière grand mère Bretonne native de Saint-Brieuc fabriquait avant la première guerre un fromage qui ressemblait au Roquefort .Cela veut donc dire que la Bretagne pourrait déposer un IG roquefort .Un de mes arrière oncle qui vivait à Montady à côté de Béziers produisait à l'époque un vin avec le même cépage que la région Bordelaise Béziers pourrait il donc lui aussi déposer un IG Bordeaux? Plus sérieusement pourquoi Thiers ne dépose t'il pas un IG Thiers ?et il si honteux d'avouer que ces couteaux sont fait à Thiers ?.Pour moi cela prouve que ces IG , labels etc etc ne sont que du business et je n'ai plus confiance .