Football : l’Abbé-déchante pour Rodez en Coupe de France

Abonnés
  • Dernier match de Rodez à l’Abbé-Deschamps : le 21 septembre 2021 pour un succès de l’AJA, 1-0, en L2.
    Dernier match de Rodez à l’Abbé-Deschamps : le 21 septembre 2021 pour un succès de l’AJA, 1-0, en L2. Jean-Louis Bories
Publié le

Alors qu’ils espéraient une affiche de prestige à domicile, les Ruthénois (Ligue 2) ont hérité d’un déplacement à Auxerre (Ligue 1), pour le troisième 8e de finale de Coupe de France de leur histoire, le 7 ou le 8 février.

Les vœux des Ruthénois n’ont été pas été exaucés. Alors qu’ils espéraient affronter un cador à domicile, afin d’offrir une affiche de prestige dans le Paul-Lignon nouvelle formule, les sang et or devront de nouveau évoluer à l’extérieur, lors de leur prochain tour de Coupe de France. Le tirage au sort effectué ce lundi soir par Reginald Becque, finaliste de la compétition avec Calais en 2000, leur a en effet réservé un déplacement à Auxerre, pensionnaire de Ligue 1, lors des 8es de finale, programmés les 7 et 8 février.

L’écart hiérarchique plaide évidemment en faveur des Auxerrois. D’autant qu’ils n’ont pas fait dans le détail pour écarter Niort (4-0), un autre pensionnaire de L2, dimanche. Mais en dehors de la parenthèse coupe, ils affichent une forme des plus précaires, eux qui restent sur cinq défaites en championnat et pointent à l’avant-dernière place, à deux points du premier non relégable.

Affiche entre relégables

Du côté ruthénois, également relégable, les priorités sont aussi tournées vers le maintien. Et ce même si l’actuel parcours revêt un caractère historique, puisque le club du Piton disputera le troisième 8e de finale de son histoire. En dehors d’opposer deux formations avant tout en quête de points dans leur championnat, cette affiche poursuit la malédiction qui plane actuellement au-dessus du Raf, qui va disputer son 21e match consécutif à l’extérieur dans cette épreuve. Et le cinquième lors de cette saison. Puisqu’elle est toujours en course, il faut croire que cette équipe s’accommode plutôt bien de cette situation, même si elle a évité de peu la déconvenue à Grasse (N2), samedi (0-0, 5-4 tab). Ce tirage revêt par ailleurs un air de déjà-vu, puisque la formation aveyronnaise va de nouveau affronter un historique du football français. Son nom sonne peut-être moins prestigieux que ceux de Saint-Etienne et Monaco, victimes des Ruthénois au 7e tour et en 32es de finale, mais il ne faut pas oublier que le club de Guy Roux a écrit quelques-unes de ses plus belles pages en Coupe de France, qu’il a remportée à quatre reprises. Et c’est d’ailleurs dans cette épreuve qu’il a signé son premier fait d’armes. Alors qu’il n’était encore qu’un méconnu pensionnaire de Division 2, il s’était hissé en finale contre Nantes en 1979 (1-4 ap). Avec comme capitaine un Aveyronnais, le regretté Serge Mésonès, originaire du Bassin.

Des parfums de retrouvailles

Cette rencontre programmée en semaine, entre les réceptions de Sochaux et de Nîmes, aura aussi pour Rodez le goût des retrouvailles. Les partenaires de Lionel Mpasi vont retrouver un adversaire qu’ils ont affronté lors des trois dernières saisons en Ligue 2, et contre lequel ils avaient réussi leurs débuts dans cette division un soir de juillet 2019 (2-0), au Stadium de Toulouse. Ils vont aussi recroiser la route de Christophe Pélissier, successeur en octobre de Jean-Marc Furlan sur le banc bourguignon, et souvent adversaire du Raf au début de sa carrière, lorsqu’il était à la tête de Luzenac.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Guillaume Verdu
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?