Témoignage

Drame de Montbazens : la mère d'une des victimes témoigne

  • Anselme était un petit garçon de 8 ans, pétillant et bienveillant .
    Anselme était un petit garçon de 8 ans, pétillant et bienveillant . - DR
Publié le / Modifié le S'abonner
La mère d’Anselme, l'un des deux enfants de 8 ans tués par le chauffard ivre d'un tracteur le 19 mai à Montbazens, s’est confiée. Un témoignage digne et émouvant.

Anselme, un petit garçon de huit qui vivait dans le Lot, était en week-end chez son père, et une autre fillette du village, elle aussi âgée de 8 ans. Tous les deux ont été percutés et tués par un chauffard ivre, le 19 mai dernier à Montbazens. Au volant d'un tracteur, un sapeur-pompier professionnel contrôlé quelques minutes plus tôt par la gendarmerie.

L'enquête a permis de mettre en évidence que le conducteur, un Montbazinois de 27 ans, conduisait avec un enfant de 10 ans sur les genoux et que le tracteur et sa remorque étaient en surcharge de plus d’une tonne.

Pour la première fois, la mère du petit garçon, Magalie Marrou, et Cédric Maviel son compagnon, ont accepté de parler. Ils se sont confiés à La Dépêche du Midi. Un témoignage digne et émouvant.

"Tous les jours nous recevons à la maison des mots de réconfort"

"Anselme était vif et bienveillant avec tout le monde. Il ne voulait pas qu’on embête ses sœurs Faustine, la grande, et Eugénie, la benjamine. Pourtant c’est lui qui les embêtait le plus. Les personnes qui l’ont connu le trouvaient formidable, pétillant", pleure Magalie Marrou.

Sur les obsèques , "environ 500 personnes ont assisté aux obsèques d’Anselme à Montamel et tous les jours nous recevons à la maison des mots de réconfort. Malheureusement, je ne pourrai pas répondre à tous, je veux ici les remercier du fond du cœur".

Au sujet des soeurs d'Anselme : " Mes filles ont voulu revenir à l’école tout de suite. Faustine est un peu plus silencieuse. Elle a assisté au dernier souffle de son frère. Eugénie a pleuré hier dans la voiture. Elle nous a dit : « Un grand, quand il meurt c’est pas grave, un petit, c’est pas juste ».

Comme le rappelle La Dépêche du Midi, Magalie et Cédric avaient prévu de se marier très prochainement. " On a envisagé de retarder la cérémonie mais finalement non. La préparation du mariage nous l’avons faite avec Anselme et les filles pendant des mois. Vis-à-vis d’elles, nous ne pouvions pas ajourner le rendez-vous, elles n’auraient pas compris. (Anselme a été inhumé avec les habits qu’il aurait portés le jour du mariage)", confie Cédric au quotidien.   

"Nous allons prochainement nous porter partie civile et prendre un avocat"

L'enquête s'annonce longue. Mis en examen pour homicide involontaire sous l'empire d'un état alcoolique et avec manquement d'une obligation de prudence ou de sécurité, en l'occurrence une vitesse excessive, le conducteur a été placé en détention provisoire.

"Nous allons prochainement nous porter partie civile et prendre un avocat, mais l’enquête sera longue, le procès n’interviendrait pas avant 2 ans nous a-t-on dit. Quant à l’auteur, un pompier professionnel de Paris, c’est impardonnable", juge le compagnon de Magalie qui précise un dernier point : " Je veux dire que contrairement a ce qui a été écrit dans certains médias, Anselme et la petite fille ne faisaient pas de vélo lorsque l’accident s’est produit. Mon fils avait peur des tracteurs, il s’était gentiment serré contre le mur lorsque l’engin est venu le percuter". Et de conclure : "Je veux savoir ce qui s’est passé même si je sais que cela ne m’aidera pas."

Sur le même sujet
Réagir