Rodez : la fermeture de Carrefour Contact partie pour durer

Abonnés
  • Plus d’une heure de discussion, sans véritable avancée sur les interrogations.
    Plus d’une heure de discussion, sans véritable avancée sur les interrogations. - Salima Ouirni
Publié le

Des habitants des quartiers proches de l’Amphi ont été reçus par le maire, dans le cadre d’une conférence de presse. La réunion n’a pas permis d’apporter les réponses concrètes qu’attendaient les clients du Carrefour Contact.

Le feuilleton autour de la fermeture du Carrefour Contact, depuis janvier se poursuit. Rappelons que l’enseigne est fermée depuis qu’une partie du faux plafond s’est effondrée du fait d’infiltration. Hier, le comité de quartier a appelé à un rassemblement devant la mairie, afin de remettre officiellement une lettre au premier magistrat. "Ce jour, en tant qu’administrés et citoyens responsables de la ville de Rodez, nous avons la ferme intention de continuer à agir pour la réouverture de ce magasin de proximité", ont écrit, entre autres, les habitants, dans cette lettre ouverte.

Le maire de Rodez, qui avait prévu, de son côté, une conférence de presse, a convié les habitants à aller à sa rencontre.

Une opportunité pour une vingtaine d’habitants des quartiers de l’Amphi, Robinson et Victor-Hugo de pouvoir poser directement leurs questions, à la mairie, propriétaires des murs de l’enseigne. Mais au jeu des questions-réponses, Christian Teyssèdre s’est parfois agacé.

"Vous saviez qu’il y avait des infiltrations au magasin", a insisté un jeune salarié. Le maire a balayé l’affirmation, en lui répondant qu’il n’avait reçu aucun courrier.

"En 2009, j’étais élue, assise à côté de vous. Je vous avais dit qu’il y avait des infiltrations d’eau", a ajouté de son côté Nicole Laromiguière.

Le maire et son cabinet ont âprement défendu leur position, discréditant au passage, la parole du gérant de Carrefour Contact, Nabil M’Zouri. L’élu reprochant à ce dernier "d’être allé sur le plan judiciaire, alors qu’un accord amiable aurait été plus rapide".

Expertise le 29 septembre
 

Mais la longue discussion n’a pas convaincu les habitants, venus chercher des réponses concrètes. Quand le magasin va-t-il ouvrir ? Qui paiera les travaux ? Quel avenir pour les salariés ? Des questions auxquelles la mairie a répondu en partie. "Si l’expert dit qu’on doit faire des travaux, nous les ferons", a martelé le maire. "Vous nous donnez votre garantie que les travaux seront faits ?", a lourdement insisté une habitante.

Pour l’heure, seule l’expertise ordonnée par le tribunal apportera des éclairages sur cette affaire qui dure depuis plus de huit mois.

L’expert doit en effet venir à Rodez le 29 septembre à 9 heures. Les habitants ont exprimé leur souhait d’y participer, espérant avoir des réponses à cet imbroglio judiciaire, dont ils subissent les conséquences.

Après le passage de l’expert, il faudra patienter jusqu’à la rédaction du rapport. Ce dernier sera ensuite remis aux différentes parties. Les avocats du gérant du Carrefour, tout comme ceux de la mairie rédigeront à leur tour leurs conclusions, avant que le dossier n’arrive devant un juge.

La procédure risque donc de durer, au grand dam des habitants, déjà lassés d’attendre.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Salima Ouirni
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

120000 €

A vendre T4 traversant sur le tour de ville d'une surface habitable de 83m2[...]

339 €

Situé au cœur du quartier du Faubourg, venez visiter ce très bel appartemen[...]

165000 €

Maison de ville T4 sur 3 niveaux, composée de 2 chambres et un bureau, séjo[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?