Pourquoi le riz pourrait se faire rare dans les rayons des supermarchés en 2023

  • Les approvisionnements en riz pourraient devenir compliqués, alerte le Syndicat de la rizerie française (SRF), alors que les récoltes ont été mauvaises et que les coûts des matières premières et de l'énergie ne cessent de flamber.
    Les approvisionnements en riz pourraient devenir compliqués, alerte le Syndicat de la rizerie française (SRF), alors que les récoltes ont été mauvaises et que les coûts des matières premières et de l'énergie ne cessent de flamber. Illustration Pixabay
Publié le , mis à jour

Après l'huile de tournesol et la moutarde, le riz pourrait à son tour se faire rare dans les rayons de supermarché.

En effet, selon le syndicat de la rizerie française (SRF), de nombreuses difficultés d’approvisionnement en riz pourraient survenir dès février 2023, lors de l’arrivée de la nouvelle récolte, rapporte BFM Business. Le Pakistan et l’Inde, les deux principaux producteurs de riz basmati dans le monde, ont en effet connu d’importantes difficultés climatiques ces derniers mois, ce qui a eu un impact conséquent sur les rizières.

A lire aussi : VIDEO - Pénurie de moutarde : va-t-elle disparaître des rayons des supermarchés ?

De fortes pluies ont ainsi succédé à de fortes chaleurs, entraînant au minimum la destruction de près de 250.000 tonnes de riz et de nombreuses infrastructures nécessaires à son acheminement. Dans ces conditions, les deux pays devraient limiter leurs exportations pour "privilégier leur population", comme l’a assuré Thierry Liévin, président du SRF. D’ores et déjà, l’Inde a interdit l’exportation des brisures de riz utilisées dans l’agriculture et a instauré des droits de douane à 20 % pour le riz blanc et le riz brun.

Pour Thierry Lievin, président du SRF, les tensions pourraient apparaître "à l'arrivée des nouvelles récoltes", aux alentours de "février/mars".

Pourquoi le riz risque de manquer dans les prochains moishttps://t.co/DEcDRROOmL pic.twitter.com/ga0ofbDUWV

— BFMTV (@BFMTV) October 16, 2022

L'Europe également touchée

Le riz étuvé devrait aussi voir sa production baisser en raison des importants coûts en énergie nécessaires pour réaliser ce traitement du produit après récolte. 

L'Europe, qui produit moins de trois millions de tonnes, a également été touchée par les aléas climatiques. "L'eau a manqué tout au long du cycle végétatif du riz dans l'ensemble des pays européens (Italie, Espagne, Grèce)", pointe le SRF. La France produit de son côté 50 000 tonnes. Insuffisant pour son marché : la demande en supermarché est de 240 000 tonnes.

Selon l'Insee, les prix du riz en rayons auraient augmenté de plus de 12 % en septembre dernier par rapport à l'an passé. Une hausse qui, selon le SRF, devrait se poursuivre dans les prochains mois.

A lire aussi : Le tournesol remplacé par du soja ou de l’arachide : comment faire si vous êtes allergique ?

"S’il n’y a pas de ruptures complètes, il y aura au moins de fortes perturbations d’approvisionnement" a par conséquent résumé Thierry Liévin. Au-delà du risque de pénurie, le prix de tous les types de riz devrait à nouveau augmenter, en raison notamment de l’augmentation parallèle des prix du maïs et du blé et du renforcement du dollar par rapport aux autres devises qui vient pénaliser les importations en euros. Selon l’Insee, le prix du riz avait augmenté de 12 % en septembre par rapport à l’an passé.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?