Aveyron : les perspectives du marché aux bestiaux en discussion à Laissac

Abonnés
  • Les usagers et les responsables du marché réunis au centre administratif.
    Les usagers et les responsables du marché réunis au centre administratif.
Publié le
Centre Presse Aveyron

Une étude sera réalisée prochainement, avec la participation des négociants et des éleveurs.

Le maire de Laissac Sévérac-l’Eglise, David Minerva, ainsi que l’adjoint délégué au marché aux bestiaux, Jean Louis Puel, avaient réuni les usagers du marché pour évoquer ensemble les perspectives d’avenir de ce marché.

Ces derniers s’étaient déplacés en nombre puisqu’une soixantaine de personnes ont été accueillies au centre administratif de Laissac. Ils ont d’abord été informés de la mise en place d’une étude globale portant sur les retombées économiques du marché ainsi que sur le profil des usagers ou non du marché. Cette étude sera réalisée très prochainement et le concours bienveillant des négociants et éleveurs sera sollicité.

Quel avenir pour la place du marché ?

Le débat a ensuite porté sur la place du marché dans un futur proche et sur son évolution. Malgré son titre de premier marché national, il subit de plein fouet les différentes crises sanitaires qui se succèdent et qui le fragilisent. La baisse du cheptel bovin au niveau national est également pénalisante.

D’autre part, les pratiques et les mentalités que ce soit côté négociants ou éleveurs ont également changé.

Les jeunes ne calquent plus leur fonctionnement sur celui de leurs aînés. C’est de tout cela dont il faut tenir compte et dont sont très conscients les responsables du marché. Les débats furent vifs parfois mais constructifs et passionnés, preuve s’il en est, de l’intérêt que suscite le marché. Plusieurs pistes ont été envisagées et discutées, et il est bien certain que toutes les décisions seront prises en étroite collaboration avec tous les acteurs du marché : éleveurs et négociants.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?