Réforme des retraites : entre 11 000 et 12 500 manifestants, mobilisation historique en Aveyron

Abonnés
  • La place des Rutènes était noire de monde avant le départ du cortège.
    La place des Rutènes était noire de monde avant le départ du cortège. Centre Presse Aveyron - José A. Torres
Publié le

Contre la réforme des retraites qui prévoit de décaler l'âge de départ de 62 à 64 ans en 2030, Rodez a incarné la colère de l'Aveyron ce jeudi 19 janvier 2023.

À partir de 13h30, la foule n'a cessé de grossir sur l'esplanade des Rutènes à Rodez jusqu'à atteindre un niveau historique. Avec 11 000 manifestants selon la police et 12 500 selon les syndicats, cette mobilisation est un succès. "On n'avait jamais vu ça à Rodez, et donc en Aveyron. C'est le plus gros rassemblement syndical de l'histoire dans le département", confirme David Gistau, secrétaire départemental CGT.

Pour acheminer les manifestants de tout l'Aveyron, neuf bus ont été mobilisés : quatre venant du sud-Aveyron, trois de Villefranche-de-Rouergue et deux de Decazeville. "C'est considérable", a répété David Gistau en voyant l'esplanade des Rutènes se remplir. "Ce rassemblement fédère toutes les colères, dont la réforme des retraites est aussi responsable. On a reçu beaucoup d'appels de gens et d'établissements qui ne font jamais grève, ils voulaient savoir comment se libérer pour nous rejoindre aujourd'hui".

A lire aussi : Réforme des retraites : plus de 11 000 manifestants à Rodez, au moins 1,12 million en France, revivez cette journée de mobilisation

Au micro devant la foule, l'intersyndicale aveyronnaise a annoncé se rassembler ce vendredi 20 janvier 2023 dans la matinée pour décider des futures actions. "Bien sûr, tous les appels nationaux seront relayés". L'intersyndicale rencontrera également le député LREM Stéphane Mazars le matin, qui a été hué par les manifestants à la mention de son nom.

Les derniers grands rassemblements en Aveyron

La dernière mobilisation de grande ampleur contre les retraites à Rodez remonte à octobre 2010, où 7 500 manifestants étaient ligués contre les mesures du gouvernement Sarkozy.

Le record de foule reste l'hommage rendu suite aux attentats de Charlie Hebdo, le 11 octobre 2015. Ils étaient 17 000 personnes à défiler, le coeur lourd, à Rodez.

Une première mobilisation qui donne de la force

Éducation nationale, cheminots, secteurs de l'énergie ou de santé, agriculteurs... Les différentes professions représentées semblent unanimes : cette journée de mobilisation n'était qu'un début. "On s'inscrit complètement dans le mouvement qui est train de se mettre en place", affirme Christian Roqueirol, éleveur retraité et membre du comité départemental de la Confédération paysanne. "On sera présent à toutes les manifestations", assure également Valentin Couvert, délégué syndical Enedis.

A lire aussi : Réforme des retraites : notre diaporama photos de la manifestation historique de Rodez

Ce qui est sûr, c'est que voir une telle mobilisation donne de la force. "Quand tout le monde fait l'effort, ça fait vraiment plaisir", souffle Frédéric Konefal, de la CGT Cheminots de Rodez. "On verra ce que décide l'intersyndicale pour la suite des opérations en Aveyron, mais nous, nous sommes pleinement engagés".

La question des retraites concernait tous les âges à Rodez. Ils étaient une vingtaine d'amis en classe de Terminale, venant du lycée Foch à s'être mis d'accord pour faire partie du cortège. "On ne va pas travailler jusqu'à notre mort", défendent les jeunes. "On a beaucoup de nos professeurs qui ont décidé de faire grève. En voyant ce qu'il se passe, on en a parlé entre nous, et on est venu participer". 

A lire aussi : Réforme des retraites : quel est l'impact sur votre bulletin de salaire si vous êtes gréviste ?

Les élus n'étaient en reste dans le cortège. Ils étaient une dizaine à venir de Millau, dont la maire Emmanuelle Gazel. "On ne peut pas promettre d'être là à chaque fois, mais aujourd'hui, tout le monde a arrangé son planning pour être présent. C'est aussi notre rôle, en tant qu'élus, de défendre les intérêts et les droits des citoyens". Pour la municipalité de Millau, il faut "une réforme des retraites plus juste", entre autres "en prenant bien mieux en compte les carrières longues ou les travaux pénibles".

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (3)
Anonyme13114 Il y a 18 jours Le 20/01/2023 à 18:51

Ils n'ont qu'à aller au VENEZUELA ou en CORÉE DU NORD. pour vivre leur idéal socialiste.
Pzr ailleurs ils représentent 5% de la population du département.

Dentalco12 Il y a 18 jours Le 20/01/2023 à 09:03

Si le succès , c'est le rassemblement de syndicalistes, de privilégiés ( SNCF,EDF, RATP...) d'opposants permanents ( LFI, communistes) de ce qui restent socialistes . On appelle ca des perturbateurs, des animateurs de classe , des minorités qui aboient .

Milsabords Il y a 18 jours Le 20/01/2023 à 16:26

"On appelle ca des perturbateurs, des animateurs de classe , des minorités qui aboient ". Le seul léger problème c'est qu'étant largement majoritaires dans le pays il serait temps de se poser les bonnes questions au lieu d'imaginer que ce sont toujours "les autres"( autrement dit les principaux intéressés) qui sont incapables de comprendre les prétendus bénéfices de ce grand bond en arrière ...